Retro : inauguration de la tribune Roger Brethes

En ce dimanche 16 février 2014, le 50ème anniversaire du 16ème de Finale du Championnat de France contre le grand Béziers de 1964 était fêté en compagnie également des joueurs qui ont participé à la montée en Première Division Nationale en 1957.
A cette occasion, la ville de Saint-Sever et le SASS Rugby ont souhaité honorer Roger BRETHES, seul international portant les couleurs noires et blanches lors de cette sélection.
La grande tribune de l’époque porte maintenant le nom de « Tribune Roger BRETHES ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1er rang assis : Jean-Jacques LARRAZET; Fernand MARSAN; René SENMARTIN; Marcel CHARLES; Robert DUBERNET; Jean MOLLIER; Claude DAUVOIS; Jean DUBASQUE (ancien Président du Comité des Landes); Gérard GABASTOU.

2ème rang : Bernard GROSSIERES; Michel DUBERNET; Michel FAUTHOUX; Michel IPPARRAGUIRRE; René BERTONI; Bernard DAUGREILH; Hubert TAUZIN ( Capit ); Alain LARQUIER ( Amédée ); Jean-Paul TASTET; Jacques MOQUEL; Jean DULAU; Joël DAUDIGEOS; Max GODEMET ( Président du Comité des Landes ).

En montant l’escalier : René DABADIE; Claude BAYLE; Robert REGIS; Claude VIVELESPERANCE; Christian MONCASSIN; Bernard BAYLAC; Benoît DAUGA (international 63 sélections qui a débuté au SASS); Didier LAPEYRE (Coprésident du SASS); Jean-Pierre DALM (Maire de St Sever); Vincent GARDESSE (Coprésident du SASS); Roger BRETHES; Pierre DUCLAP; Robert TASTET; Jean-Marie CAZENAVE; Guy MOUCHES; Marcel DABADIE; Roger DUPOUY.

Absent de la photo : Jean DONNESSE; René LAILHEUGUE; Georges LABOURSAN; Gérard FAIVRE; Roland FRATICELLI; André LARRAZET; Jean DUPOUY; Guy BAUMANN; Jacques POUYSEGUR; Michel PROERES; Jean-Pierre MAURIES; Gérard MONCASSIN; Bernard SAINT SEVIN; Michel OUSTALET.

La Grande Tribune de l’époque porte maintenant le nom de « Roger BRETHES » derrière nos jeunes coquelets Simon CAZAUBON; Florent COUREAU; Julien GARDESSE et Romain FRIS, on aperçoit la porte d’entrée des vestiaires, maintenant condamnée qui a cabossé plusieurs têtes, tellement elle était basse.

 

 

 

 

Benoit Dauga et Roger Brethes

Laissez un commentaire

(required)

(required)